Roland Garros 2017 : quels favoris ?

Alors que les tours de qualification ont débuté, les favoris se préparent pour l’un des quatre tournois du Grand Chelem. Chaque année, les très attendus Internationaux de France nous réservent leur lot de surprises. Encore cette saison ?

 

Cette saison, le tournoi Parisien pourrait nous réserver d’énormes surprises. | Crédits: DR

Comme tous les ans (ou presque), l’Espagnol Rafael Nadal est le grand favori de la compétition. Si l’an dernier il avait été contraint de déclarer forfait dès le troisième tour, le Majorquin semble cette fois être fin prêt pour son tournoi favori. Le nonuple vainqueur de tournoi de la Porte d’Auteuil ne s’imagine pas une seule seconde laisser échapper la Coupe des Mousquetaires.

Deux ans orphelin de « son » bien, Nadal est animé d’un esprit de reconquête. Une reconquête au classement ATP tout d’abord. Sorti du top 8 mondial mi-mai (10ème), l’Espagnol est aujourd’hui revenu aux portes du Top 3. Mais la vraie reconquête pour le natif de Manacor, c’est le titre à Roland. Son excellente saison sur terre battue (17 victoires, 1 défaite) devrait l’y aider.

Murray, le fantôme d’un numéro 1 mondial

Andy Murray n’est plus que l’ombre de lui-même cette saison. Si ce n’est le tournoi de Dubaï remporté début mars, le Britannique est bien loin de ses standards. L’an dernier il était inarrêtable, cette saison il enchaîne les désillusions. Sur terre battue, l’Écossais n’a glané que cinq victoires, et comptabilise déjà quatre défaites. Les lendemains de victoires sont souvent difficiles, en voilà l’illustration. Et comme souvent, Roland Garros ne pourrait servir que de mise en jambes à « Angry Murray ».

Spécialiste du béton, l’herbe de Wimbledon lui plaît pourtant plus que la terre battue à la couleur corail de Paris. Et même si l’absence de Roger Federer élimine d’emblée un favori, Murray ne semble pas en mesure de l’emporter.

 

Novak Djokovic, tenant du titre en danger

Attendu au tournant après – lui aussi – un début de saison raté, Novak Djokovic va devoir montrer les crocs. L’ombre de Rafael Nadal pointe le bout de son nez au classement ATP, et le Serbe doit tenir son rang à Paris. L’an dernier, il avait battu Andy Murray en finale, après avoir éliminé l’Espagnol en quarts.

Un Open d’Australie et un tournoi de Monte Carlo désastreux, et une défaite en demi- finale à Madrid contre… Nadal. Voilà le bilan cette saison de « Djoker Nole ». Une finale (perdue) au Masters de Rome plus tard, voilà un Djoko revanchard qui se présente au tournoi.

Quid des outsiders ?

Cette saison plus que jamais, les Internationaux de France pourraient nous réserver de belles surprises. La montée fulgurante des jeunes Alexander Zverev et Dominic Thiem par exemple. Le premier vient de battre Djokovic en finale à Rome, tandis que le second se place régulièrement dans le dernier carré des grands tournois. Les deux nouveaux prodiges du tennis mondial pourraient profiter de la méforme de certains favoris pour se faire leur place au soleil.

Et pourquoi pas Wawrinka ? Déjà vainqueur de Roland en 2015, le Suisse se verrait bien remplacer son compatriote « Fed Express » en allant au-delà des quarts. Tout comme Juan Martin Del Potro, demi finaliste en 2009. A 28 ans, l’Argentin pourrait créer la surprise cette année.

Sans oublier les Français, à domicile. Monfils, Tsonga, Gasquet et Simon sont habitués aux joies des courts Susanne-Lenglen et Philippe-Chatrier. Mais le numéro 1 Français, c’est Lucas Pouille. Arrivé à maturité, le jeune joueur est sans doute la meilleure chance tricolore cette saison.

Quentin GESP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s