Semaine décisive au Stade Français

La dernière journée de la phase régulière du championnat à peine jouée, le Stade Français s’apprête à vivre une semaine éprouvante. Entre finale européenne et passage devant la DNACG, la pression monte à Paris.

Décidément, cette saison restera une énigme au Stade Français ! Après un exercice 2015-2016 catastrophique (avec une pauvre 12ème place), les Parisiens repartaient sur des bases nouvelles. Secrètement, les Stadistes espéraient une place parmi le Top 6. Mais une première partie de saison en demi-teinte, et des départs en pagaille semblaient condamner le club à lutter à nouveau pour le maintien. Pire encore : l’aventure de la fusion avec le Racing enfonçait encore plus les locataires du stade Jean-Bouin.

Mais depuis, un esprit de révolte a frappé les Stadistes. 6 victoires en 8 matches, dont deux victoires à l’extérieur, ce qui n’était plus arrivé depuis un et demi. Si la saison régulière est terminée, les grandes échéances arrivent cette semaine au sein du club de la capitale.

 

Montpellier, on refait le match

Bien que battu sur le terrain par le Montpellier Hérault Rugby (27-26), le Stade Français se verrait bien jouer les trouble-fête de ces barrages. Trois points derrière le Racing au classement – et donc 7ème -, les Stadistes tablent sur une décision forte de conséquences de la Ligue Nationale de Rugby (LNR). En déposant un recours suite à la présence du deuxième ligne sud-africain Jacques Du Plessis (qui avait écopé d’un troisième carton jaune de la saison à La Rochelle la semaine précédente), le club aux trois éclairs aimerait jouer un bien mauvais tour au Racing, une semaine après avoir remporté le derby.

Du côté du MHR, on se défendait en annonçant que le club avait reçu l’autorisation de la Ligue pour faire jouer Du Plessis, jusqu’à son audition, le 17 mai prochain. Mais le joueur aurait dû être suspendu jusqu’à ladite date. C’est du moins ce que clame le Stade Français. Or, l’article 720-2 des règlements de la LNR n’interdisent pas un joueur convoqué à disputer une rencontre avant son audition. Le Stade Français aurait donc peu de chances de remporter ce match sur tapis vert, passant ainsi devant le Racing au classement. Malgré tout, l’audience est très attendue par le club au maillot rose, qui n’a toujours pas marqué le score de la rencontre sur son site internet officiel… Verdict dans la journée.

 

Quel repreneur ?

Autre point très chaud, la reprise du club. Thomas Savare ayant annoncé son départ du Stade Français en tant qu’investisseur, il cherchait un repreneur pour le club.  Si plusieurs projets ont été présentés, et la reprise du club devrait être assurée, aucun nom n’a filtré au club Parisien. Le directeur général d’Oberthur Technologies n’a donné aucun indice concernant le projet qu’il pourrait choisir, et se laisse le temps de la réflexion. Avant se dresse une date importante, cochée sur le calendrier de l’homme d’affaire.

Jeudi 11 mai, le Stade Français et son président passeront devant la DNACG, le gendarme financier du rugby Français. Si Savare a promis auprès de l’association du club qu’il comblerait le déficit, estimé à 8 millions d’euros, il devrait également dresser les grandes lignes du futur projet parisien. Et pourquoi pas le nom du repreneur ? Même s’il aura encore deux semaines avant de devoir annoncer le projet de reprise sélectionné aux médias et aux supporters, il pourrait en faire l’annonce devant les instances du rugby français. Le milliardaire Hans-Pieter Wild (jus de fruits Capri Sun) et le pool d’investisseurs réunissant des anciens du club tiennent la corde, entre deux autres prétendants.

 

Le plan sportif: une finale à jouer

Malgré un début de saison raté, le club de la capitale a réalisé un parcours intéressant en coupe d’Europe. Héritant d’un groupe plutôt relevé pour une Challenge Cup (Harlequins, Edimbourg, Timisoara), le Stade Français avait éliminé à 14 contre 15 la meilleure équipe des phases de poules, à l’extérieur: les Ospreys. A domicile cette fois, les Parisiens ont ensuite éliminé Bath au terme d’un match renversant. Contre Gloucester, qui a éliminé La Rochelle (14-16), les Stadistes ont l’occasion de remporter un premier titre européen.

En quatre finales, les Soldats Roses n’ont encore jamais gagné. Enfin la bonne ? Les joueurs n’ont en tout cas que cette idée en tête: remporter un titre cette saison. Un titre qui couronnerait une fin de saison incroyable pour les Stadistes, passés de la 12ème place à une place de barragiste pour une qualification en Champions Cup l’an prochain. Gonzalo Quesada et ses hommes en rêvent secrètement depuis plusieurs semaines. Résultat vendredi à 21h00.

Quentin GESP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s