Les comics en France: une renaissance

Comme les mangas il y a vingt ans, les comics se diffusent de plus en plus dans la culture populaire française. Retour sur un phénomène qui monte en puissance en France.

Bande-dessinée, manga et comics, autant de termes pour désigner des produits aux spécificités et aux provenances différentes. Si la BD est essentiellement franco-belge, le manga est d’origine japonaise, et les comics proviennent des Etats-Unis. En grande majorité, les comics, abréviation du mot anglais « comic books« , sont des histoires de super-héros. Les plus connus sont par exemple les Avengers pour Marvel, et Batman pour DC Comics.

IMG_6913
La boutique Album à Paris

Deux générations de lecteurs

En France, les comics ont connu deux vagues de succès, qui correspondent à deux publics. La première, dans les années 1970, a vu l’apparition du magazine Strange, publiant les premiers comics. Vannara Ty est un des lecteurs de la première heure, il a découvert les comics à sept ans: « j’étais  fasciné par les super-pouvoirs des héros, les couleurs flashy des costumes et des histoires, cela tranchait  avec les couleurs pastel des BD européennes« . Les lecteurs de cette génération sont maintenant un public adulte, souvent collectionneurs d’exemplaires rares.

La deuxième vague, bien plus tardive, est arrivée dans les années 2000, avec le renouveau des films de super-héros, comme le premier X-Men de Bryan Singer ou les Spider-Man de Sam Raimi. « Le cinéma a ranimé les anciens lecteurs et en a attiré de plus jeunes » explique Vladimir Lecointre, gérant du magasin Aaapou Bapoum. Parmi ces nouveaux adeptes, Adrien Sebbane a lu ses premiers comics il y a huit ans. Il a commencé « avec la série Batman (publiée chez Panini Comics en VF) à la sortie de Batman Begins. Dans ma boutique favorite à Toulouse, le vendeur connaissait très bien son domaine et il m’a conseillé. »

IMG_6922
Les rayons du magazin Aaapoum Bapoum à Paris.

Le développement commercial a alors répondu à la demande du public français. Les éditeurs se sont diversifiés, le choix est devenu plus important, avec des rééditions et des nouveautés. Les produits dérivés, figurines et autres goodies qui suivent les sorties des films et des séries se sont démultipliés. Les traductions ont été plus rapides et, si dans les années 1990 il fallait attendre deux ans pour avoir la version française, cela prend désormais six mois. Mais selon Vladimir Lecointre c’est surtout « l’impatience qui pousse les gens à se mettre à la VO ».

Un exemple représentatif de ce phénomène est le récent succès de la série The Walking Dead. En 2012, selon un rapport sur la bande dessinée publié par Xavier Guilbert, les 16 volumes de la série ont réuni 30% des ventes de comics, soit plus d’un million d’exemplaires.

De nouveaux éditeurs

L’année dernière, le label Urban Comics (filiale de l’éditeur Dargaud) a fait son entrée sur le marché des comics. Il a connu un rapide succès, notamment grâce à un accord avec la Warner, qui lui donne accès à l’ensemble du catalogue américain DC Comics pour cinq ans. L’éditeur doit aussi sa réussite aux 120 titres lancés dès sa première année d’existence. Des reconnus comme Batman, mais aussi des indépendants issus de Vertigo, la filiale de l’éditeur DC Comics. « Malheureusement, les réserves de tels titres étant naturellement limitées, il paraît difficile de maintenir cette stratégie sur le long terme » nuance Xavier Guilbert.

Dans le magasin de bandes dessinées et de comics d’occasion Aaapoum Bapoum à Paris, les comics représentent 1/4 des rayons et les mangas 1/3. Le reste est consacré aux bande-dessinées franco-belges et aux ouvrages de collections. En terme de prix, chacun peut trouver un comic à la hauteur de son budget. Les fascicules – des mensuels qui regroupent des épisodes de plusieurs histoires – coûtent en moyenne cinq euros. Et pour ceux qui aimeraient s’acheter les histoires complètes, les œuvres vont de quinze à trente euros. Les comics regroupent aujourd’hui un large univers, où les auteurs abordent toutes sortes de thèmes. Les super-héros restent incontournables, mais le champ des sujets reste infini.

Fanny Cohen Moreau

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. edwardonbebop dit :

    Très bon article !
    Effectivement l’arrivée d’Urban Comics a bien changé le paysage du Comics en France.
    Ils ont la série « Saga » par exemple, qui est absolument géniale !

    Il est vrai que les délais traduction en VF ont été grandement raccourcis.
    « L’Histoire du 5ème Beatles » est parue en français en moins de 6 mois après la VO.
    J’avais commandé la VO lors de la sollicitation et je l’ai reçue *après* que la VF soit sortie !
    😮

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s